Bulletin trimestriel : bilan du 1er trimestre

Parce que chaque grossesse est unique, j’ai envie de partager avec toi mon bilan du 1er trimestre. Peut être que tu t’y retrouveras, peut être que ça te rassureras, que tu te sentiras moins seule dans cette aventure. Si t’as une question, hésites pas ! J’y répondrais sans problème, et ça occupe mes insomnies (regarde comme j’suis sympa)

Comme je te le disais dans mon 1er article, j’ai appris ma grossesse a 5SA+3, le 31 août 2017.
Mon 1er trimestre je l’ai vécu avec pour seul adage  pas de fortes douleurs, pas de saignement, c’est que tout va bien, et je crois que ça m’a permis de relativiser chaque petite douleur due à l’utérus qui travaille.

Tu retrouveras donc ici, un bilan avant d’apprendre ma grossesse, quand je l’ai appris : mes changements niveau appétit et sport, mes changements corporel, la gestion de mes hormones et enfin, comment ça se passe sous la couette (oui j’ai osé !) Et j’ai pas fait que dans la dentelle.

Concrètement, qu’est-ce qui a changé au mois d’août pour moi ?

J’ai commencé la course en pied début 2017, j’ai intensifié mes entraînements et mes distances de plus en plus surtout à partir de juillet. 1 semaine avant d’apprendre la bonne nouvelle, j’avais du mal à gérer mon souffle pendant les entrainements, que j’ai mis sur le compte de la fatigue au vue de la cadence de travail que nous avons tenus en août.

received_1583204825063236
Oui ce machin là c’est moi qui courait, et je viens de regarder la date, c’était 3 jours avant d’apprendre la nouvelle

Nous habitons au 3ème étage sans ascenseur, et là aussi, le souffle commence à être difficile, encore mis sur le dos de la fatigue.
On avait remarqué que ma renarde était proche de moi ces derniers jours, elle d’habitude si indépendante, mais sans penser un instant à ça.
Malgré que je savais que je ne pouvais tomber enceinte naturellement, je surveillais quand même mes dates potentielles de règles (toujours plus pratique pour prévoir ce qu’il faut sur toi, même si tu enchaînes depuis des mois des phases de retard ou d’avance) et bizarrement, au 1er jour de retard supposé, ma tête était persuadée que j’étais enceinte, je me revois avoir cette idée en tête, a y croire dur comme fer, et devoir m’enlever cette idée rapidement parce qu’elle n’était pas possible.

Et après l’avoir appris, comment se sont gérés septembre et octobre ?

J’ai tenté une course à pied de 7km début septembre (je voulais continuer de m’entrainer pour ma 1ère de 10km offcielle), mais on a réussi à me convaincre d’abandonner avant. Il fallait protéger ce petit être, et j’avais déjà perdu en rythme et encore plus en souffle. J’ai donc arrêté tout sport, pour mettre toutes mes chances de mon côté et parce que mon souffle n’était pas gérable. Avec quelques soucis de santé de base, je galère depuis le début a faire des balades sans me retrouver essoufflée comme un chameau.

J’ai fait un nombre incalculable de siestes, je me suis couchée à 21H30 je ne sais combien de fois.
La nausée tous les matins, un appétit monstre où je faisais 2 bons petits déjeuner le matin et j’étais pas sans reste pour manger le midi ! J’ai écouté mon corps, je n’avais pas peur de prendre du poids. Et parfois même je prenais le goûter !
Moi qui ne mangeait plus le soir, je me suis vue me remettre à table.

Par contre, si je n’avais pas faim, je ne mangeais pas, peu importe le repas que je sautais.
J’ai également connu de grosses fringales a 0h (et des fois plus) quand j’étais en repos et je me suis pas fait prier pour combler cette envie.
Petit a petit, mes faims/fringales se sont réduites, je gérais bien mieux les petits déjeuners (mais aussi parce que je commençais un peu plus tard).
Grande fan de sucré, je n’ai mangé presque que du salé, avant j’avais en horreur toutes sortes de fromage (en dehors de celui à l’ail et fines herbes) et on s’est vu se remplir le frigo de 4 boites de fromages juste pour moi.

Avec tout ça, je n’ai pas pris de poids, on est pas toutes égales à ce niveau là, et ça ne veut pas dire que si je tombais enceinte a nouveau, ça serait pareil. Je sais qu’après les fêtes je n’y échapperais pas et puis au bout d’un moment, bébé pèsera son poids lui aussi !

Comme pour toutes, on boit beaucoup plus (d’eau, mais ça t’avais suivi). Le volume sanguin augmente, faut nourrir tout le monde et on s’épuise plus vite, et l’eau aide dans tout ça. Un peu comme quand tu fais un don du sang (pas enceinte évidemment einh !) et qu’on te demande de bien boire après, pour bien renouveler tout ça.

Ajoutons à cela un super odorat, où tu es capable en entrant dans une pièce de dire s’il reste des chocolats dans la boite posé sur la table, si quelqu’un a mangé un fruit et si quelqu’un a fumer sa clope.

Dans le genre moins glamour, si t’as envie de roter et péter a foison, t’inquiètes c’est normal ! La digestion est différente quand on est enceinte, alors si tu veux pas empester avec tes pets ou tuer le semblant de glamour qu’il te reste avec tes rots, essaie de manger léger le soir, d’identifier ce qui te fait augmenter cette envie (les épices ? les produits gras ?) et ça devrait aller mieux.
Si c’est pas gérable, que tu en as marre et surtout que les remontées acides te dérange, hésites pas a voir avec ton médecin (généraliste, gynéco-obstétricien, sage femme – celui qui te convient quoi !)

Moins glamour aussi, tu vas te retrouver constiprout (= constipé, mais je trouve ça moche à dire), et tu peux même alterner avec des phases de diarrhées (mmmh miam miam). Ayant toujours eu des soucis de digestion, j’aime bien abusé de quelques sauces relevées pour aider le transit (mais pas trop sinon tu tombes dans l’autre phase, et non l’excès de fibre chez moi ne marche pas). Évite de pousser comme une folle dans les water, sinon tu vas te retrouver avec tes coupains les hémorroïdes, et a choisir, autant rester constiprout. (J’avais prévenu, j’ai pas fait dans la dentelle)

Et mon corps il a réagit comment ?

Le nerf sciatique a commencé à me titiller fin septembre, de façon totalement gérable. Sujette à de rares crises de fourmillement/spasmophilie, il m’est arrivé plusieurs nuits de me réveiller totalement engourdi.
Un petit ventre qui s’arrondit – faut pas être dupe, c’est juste les organes qui remontent, bébé n’est pas si énorme que ça le 1er trimestre -, mes jeans commencent a me gêner fin octobre et j’opte pour un pantalon de grossesse histoire d’y être a mon aise en plus des robes élastique que j’ai.

2017-11-06_113954
1er mois – 2nd mois – 3ème mois avec un ventre renté et un ventre relâché, pour bien voir où bébé fait vraiment sa place

Niveau corporel, ma peau est devenue ultra sèche (fini les jambes parfaitement rasées, pardon mon doudou, mais la peau irrité a chaque fois c’est juste pas gérable !), j’ai acheté une crème ultra hydratante pour l’occasion, ça a permis d’apaiser mais pas de réhydrater correctement non plus.
Une crème anti vergetures que je ne supporterais plus dès novembre (si ça doit craquer, la peau craquera ! par contre ça aide bien à les atténuer et à assouplir la peau). J’ai d’ailleurs craqué qu’au niveau de la cuisse gauche. La droite va finir par être jalouse je sens.
Et des cheveux qui graissent très vite mais je n’ai pas changé ma routine capillaire et ai gardé mon shampoing par semaine (voir 2), ils sont vite redevenus comme avant.

Niveau sensibilité, la moindre caresse est comme si on me faisait des chatouilles, mais je gère !

Les hormones dans tout ça ?

Il parait que je ne suis pas chiante (promis c’est pas moi qui le dit !) et que je ne le suis toujours pas. Je sais reconnaître quand mes hormones prennent le dessus, ça donne quelques refus de câlin, des envies de bouder pour rien, mais comme je sais reconnaître ces moments là, j’annonce “ mes hormones ont pas envie ”.
Avec les autres, je suis un peu plus “ méchante ”, je mâche pas mes mots, un peu trop franche du collier comme on dit mais ça fait du bien !
J’ai la larme facile devant un film un peu cucul (genre a l’ouverture de bal d’un mariage dans un film…) mais ça aussi, on s’y fait ! N’étant pas une grande pleureuse de base, j’ai pas beaucoup de larmes qui se sont versées.

Et au lit ça se passe comment ?

Certaines perdent leur libido, d’autres au contraire ont clairement plus envies. Les futurs papas peuvent (et doivent !) comprendrent que la fatigue du 1er trimestre est tellement intense qu’il faut pas nous en vouloir si on est HS a peine rentrées à la maison (et pour ça, j’ai un homme ultra compréhensible !)
Notre manque de chance aura été que bébé était mal calé, pile sur un ovaire, m’occasionnant de fortes douleurs après chaque rapport, et la peur d’avoir mal ne donne pas envie de s’y adonner aussi souvent. Par chance, bébé s’est décalé au 2nd trimestre et les douleurs se sont envolées.

En conclusion ?

Il faut surtout que tu communiques et que le futur papa communique aussi !
Le corps change, on se trouve pas toujours attirante, on a besoin d’être rassuré, futur papa a parfois peur de toucher bébé (quelle idée a la noix) ou de lui faire mal (non en fait c’est a nous éventuellement qu’on fait mal, pas au bébé) mais n’oublies pas de discuter librement de tout ça ! C’est important de ne pas créer de tension dans le couple. Et d’ailleurs, il n’y a pas que de ce sujet dont il faut parler !
N’oublies pas de parler de ton ressenti, de ton humeur du moment, ils servent à ça les futurs papas ! Ils sont spectateurs mais ils sont là pour soutenir, comprendre et apporter du réconfort !

N’hésites pas a te rapprocher d’un corps soignant de confiance et a l’écoute (médecin généraliste, gynécologue obstétricien, sage femme) qui saura te guider si tu as trop peur d’une douleur, d’une sensation, de quelque chose qui te chagrine. Un appel pour se rassurer, ça prend pas longtemps. Si personne ne répond, tu peux appeler les urgences maternités avant de te déplacer par exemple, ça peut éviter un aller-retour inutile. Il faut relativiser, une douleur ne veut pas dire un danger. Notre corps change, s’élargit, se transforme, travaille, créé la vie, il ne le fait pas sans bouger ni sans douleur.

Très sincèrement c’est une grossesse idéale a mes yeux, je profite. Alors détend toi, oui les risques de fausses couches font peur, mais envoyer tout ton stress à bébé n’est pas mieux. Garde cet adage “ pas de fortes douleurs, pas de saignement, c’est que tout va bien ”, respire, vit ! Tu auras toujours peur qu’il arrive quelque chose a bébé, même après la grossesse, tu auras le temps de te faire des cheveux blancs plus tard.

Publicités

12 réflexions sur “Bulletin trimestriel : bilan du 1er trimestre

  1. Je lis ton blog depuis que tu l’as commencé. Et j’adhère totalement ^^. Tu as raison il ne faut pas passer par quatres chemins et dire les choses comme elles sont.
    Pour ma part lorsque j’étais enceinte de Liam je me suis retrouvé constiprout comme tu dis tout au long de ma grossesse j’en ai donc directement parler à ma sage femme qui m’a dit qu’il fallait absolument faire sa grosse commission une fois par jour ou tous les deux jours maximum et pour cela je me suis retrouvé à boire 1L5 par jour d’eau Hepar et casiment 3L à partir du 7mois de grossesse 😂, et cela pour éviter les hémorroïdes qui auraient eu plaisir à sortir le jour de l’accouchement si j’avais été constiprout pendant la grossesse ☺️. Pas de chance pour les nausées personnellement j’en ai eu mais ça a durée 15jours et uniquement dans les transports en commun et pour y remédier il me fallait mangé des chips et étrangement ça s’arrêtait 😂. Bonne continuation ma jolie Judith 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Bizarre la technique des chips 😂
      Hépar est connu pour ses bienfaits mais je trouve ça inbuvable 😫
      Ça me fait penser qu’il m’est devenu impossible de lire mon tél en voiture quand je suis passager sinon les nausées sont là mais ça reste facile à éviter

      J'aime

      1. Oui mais pour le coup le technique marchait très bien 😂
        Oui moi aussi je la trouvais dégoûtante mais j’avoue que au bout de 7jours je m’y suis faite donc ça a été pratique.
        Arf ma pauvre je compatie les nausées en voiture horrible, je suis pareil que toi aussi bien enceinte que pas enceinte et même maintenant si je lis un message en voiture ou autre tu peux être sûr que j’aurais des nausées

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s